Page d’accueil 

Qui sommes-nousNotre nomHistoriqueServices et tarifsRéserver PhotosLa Tour et le Théâtre

LE SITE ARCHÉOLOGIQUE DE LARGO TORRE ARGENTINA

L’Area Sacra de l’esplanade de Torre Argentina est la résultante d’une démolition mineure - non moins importante cependant - ayant été portée à terme par le régime fasciste à Rome entre les deux guerres.
 

La pioche mussolinienne aura sacrifié certains immeubles et églises datant de la Renaissance, entre autres l’Ambassade de France près l’ancien Etat pontifical, l’hôtel Cesarini-Sforza, et l’église de San Nicola  a’ Cesarini...
 

Trois années de fouilles (de 1926 à 1929) aboutissent à la découverte de quatre temples païens, les plus anciens jamais trouvés dans la capitale jusqu’à ce jour et remontant clairement à l’époque « républicaine », donc à la période précédant l’empire: c’est la naissance de Rome (nous sommes en 400 avant J.C.), et les pièces archéologiques retrouvées sont cruciales pour les traditions auxquelles fait appel le régime de Benito Mussolini.
 

Mussolini choisit l’esplanade de Torre Argentina comme étape finale des cortèges officiels lors des visites des « grands gouvernants » à Rome, comme ce fut d’ailleurs le cas pour Hitler en mai 1938:  Après lui avoir fait visiter la nouvelle gare de l’Ostiense (construite expressément pour sa visite) les autorités firent défiler le dictateur allemand en voiture (rigoureusement décapotable) devant les anciens temples de l’esplanade, avant de rejoindre le Palais Venezia, quartier général du dictateur.
 

C’était une manière pour le « Duce », qui se définissait, avec arrogance et fierté, comme le nouvel Auguste, de souligner son identité par rapport à la Rome Antique: avec, d’une part, les anciens temples de L’esplanade de Torre Argentina (cfr photo ci-dessus au centre) et le Forum et le Colisée de l’autre, qui évoquaient tous deux l’époque impériale, il était, d’après lui, le seul digne héritier, fort, dynamique, modéré et authentique, en mesure de perpétrer la dynastie des « Césars » ainsi que la grande civilisation romaine.
 

LES  TEMPLES  DE  L’ « AREA SACRA »

 

                  

Temple AConstruit au IIIème siècle avant J.C.., il s’agit probablement du temple de Juturne, qui fut érigé après la victoire des Romains contre Carthage en 241 avant J.C.. C’est là, vraisemblablement, que fut bâtie l’église de San Nicola de’ Cesarini, dont il reste encore quelques vestiges.


Temple B: Ce temple est le seul des quatre à avoir été construit sur une base circulaire. Sont encore conservés le parterre et 6 colonnes. Selon les hypothèses il correspond au temple que fit construire le Consul Quintus Luctactius Catulus, confrère de Caius Marius, pour célébrer la victoire contre les Cymbres en l’an 101 avant J.C. à Alessandria dans le Piémont. Le temple, Aedes Fortunae Huiusce Diei, c’.à.d. “La fortune de ce jour”, était en effet dédié à la déesse de la fortune, vraisemblablement représentée par la statue gigantesque, dont les restes en marbre aujourd’hui conservés au Capitole furent retrouvés à proximité du Temple. On a retrouvé, de cette statue, la tête, les bras et les jambes, qui étaient en marbre, tandis que les autres parties du corps, recouvertes de bronze simplement, ont disparu.

 

 

Temple C: Le plus ancien. Il remonte au 4ème ou 3ème siècle avant J.C.. Il était probablement dédié à Feronia, l’ancienne déesse italique de la fertilité.
Après l’incendie de l’an 80 après J.C. il fut restauré. C’est à cette époque que remonte la mosaïque à tesselles blanches et noires à l’intérieur de la cellule du Temple.
 

 

 

Temple D: C’est le plus grand des quatre. Sa construction remonterait au 2ème siècle avant J.C. et l’on présume qu’il s’agissait du sanctuaire consacré aux Lares Permarini. Une seule partie de ce Temple a été découverte, car la plus grande se trouve aujourd’hui en dessous de l’actuelle via Florida.
 

 
Hier (1926)
 

                                                   Aujourd’hui (2007)
 

 

Qui sommes-nousNotre nomHistoriqueServices et tarifsRéserverPhotosLa Tour et le Théâtre

Page d’accueil